L'homme effacé (1996-1997)


Production maison


Description

Retrouvé nu sur la rue Yonge à Toronto, sans pièce d’identité et conduit dans un hôpital psychiatrique, on cherche à identifier cet homme. On fait paraître une photo dans un journal portant le titre « non-identify person », et une femme pense l’avoir reconnu. C’est avec cette femme, avec son histoire, son passé que nous découvrons l’histoire de Thomas et que nous comprenons sa torpeur, la douleur que lui a apportée l’abandon des deux femmes qu’il a aimées. Durant les trois jours que durent leurs rencontres, le silence de Thomas, la douleur de chacun, les mènent de l’oubli à la révolte à l’incompréhension, mais pour enfin apaiser les fantômes qui le hantent.

Représentations à Sudbury
19 février au 1er mars 1997
1er novembre 1997

Tournées
Novembre 1997 : Ontario et Québec
Rouyn, Kapuskasing, Elliot Lake, Brampton, Québec
Mai 1998 : Ottawa

Festivals
8 juin 1997 : Festival Théâtre-Action

Nombre de représentations environ 15


Équipe artistique

  • Auteur
    • Michel Oullette
  • Mise en scène
    • Sylvie Dufour
  • Direction musicale
    • Marcel Aymar
  • Éclairage
    • Micheal Brunet
  • Régie
    • Mélanie Doyon
  • Distribution
    • Nadine Desrochers
    • Lyette Goyette
    • Annick Léger
    • André Richard
    • Éloi Savoi
    • Camille Lalonde
Une coproduction du

Il y a de ces moments où une manifestation culturelle quelconque rejoint son public-lecteur, auditeur ou spectateur-jusqu’au plus profond de lui-même. Les personnages en présence de l’évènement en viennent à suivre intensément chacun des gestes et paroles qui se succèdent à l’avant. Puis, la fin arrive, et plusieurs auraient de crier : « Vas-y, voilà ta chance! Ne les laisse pas comme ça! » C’est ensuite le retour à la maison, la gorge serrée, les membres un peu las, tant l’effort de concentration était aussi soutenu que la distribution. L’homme effacé, (…), c’est tout ça. Et gare à ceux ou celles qui auront manqué cette pièce.

Le Voyageur, 26 février 1997

Que de profondeur dans cette pièce de Michel Ouellette! Des choix, des mensonges, des mots crus, des blessures. Des scènes de la vie, quoi!

Isabelle Lacroix, Impact campus, 2 décembre 1997

Laissez votre témoignage

Partagez vos impressions du spectacle en nous disant ce que vous en avez pensé.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.