25 septembre – 4 décembre

TNO : « Unplugged »


Production maison

Description

Les amateurs.trices de musique des années 90s se souviendront bien des mythiques concerts acoustiques de MTV qui ont fait fi de l’électronique et du synthétique. Ces prestations ont su metre en vedette la voix des interprètes et le talent des musiciens.

Dans cette série de lectures décontractées, décomplexées et sans fla fla, vous serez confrontés à la parole inédite d’un groupe d’autrices et d’auteurs. Ces nouveaux textes, certains les premiers projets d’artistes émergents de la région, seront lu devant public, pour vous, pour la toute première fois en toute intimité.

Ce contact privilégié avec des oeuvres en développement aura des places très, très limitées, donc réservez la vôtre aussitôt que possible! Chaque lecture est également suivie d’une causerie.

« Mylène parle » de Michel Ouellette

Vendredi 25 septembre 2020 à 19 h

Présenté dans le cadre des Feuilles vives de Théâtre Action

Mise en scène : Dillon Orr
Distribution : Maude Bourassa Francoeur, Éric Lapalme et Caroline Raynaud

Synopsis

Mylène vit avec sa mère. Des voisins, Derek et Suzanne, des enseignants à la retraite, lui ont demandé de veiller sur leur maison pendant qu’ils passent l’hiver au Texas. Un jour, Mylène découvre une femme dans la maison. Suzanne est de retour, seule, différente. Mylène est contente de retrouver sa voisine, qui semble ne pas se reconnaître elle-même. Une fiction s’installe, à laquelle participent les deux femmes. Mylène continue de s’occuper de la maison et de visiter Suzanne. Un jour, Derek revient à son tour. Rapidement, la toile de mensonges commence à s’effilocher. La vérité émerge.

Au sujet de l’auteur

Originaire de Smooth Rock Falls, dans le nord de l’Ontario, Michel Ouellette écrit des pièces de théâtre, des romans, de la poésie et des livres pour enfants. Il a obtenu plusieurs prix littéraires pour ses oeuvres théâtrales, dont le prix du Gouverneur général pour French Townen 1994, le prix Trillium pour le Testament du couturieren 2003, le prix Michel-Tremblay 2011 pour La guerre au ventre et, en 2019, un prix Rideau pour Le dire de Di.

 

Photo : Sylvain Sabatié

« Nickel City Fifs » d'Alex Tétreault

Jeudi 22 octobre 2020 à 19 h

Mise en lecture : Dillon Orr et Alex Tétreault
Distribution : Hélène Dallaire, Ryan Demers-Lafrenière, Natalie Lalonde, Simon Landry et Janie Pinard

Synopsis

Un mardi soir, une stretch de trottoir, une rencontre fortuite. Un trio de queers se polluent les poumons à l’extérieur du Zig’s, le seul bar gai du coin. Arrive Dan, un jeune orphelin queer élevé dans un pot de fleurs. Lee, Karen et Aiden, avec l’appui du spectre de Ziggy Stardust, le prennent en charge. Par le biais de bizarres voyages imaginaires allant du ridicule et du flyé au touchant et au dérangeant, le groupe cherche à faire valoir ses racines communes à un des leurs.

Langage corsé: Le langage utilisé dans ce texte pourrait ne pas convenir à certains spectateurs.

Au sujet de l’auteur

Diplômé de l’Université Laurentienne en Théâtre et Science politique, Alex est auteur, clown et travailleur culturel. On a pu le voir sur les planches dans The Adventures of Doctor & Beedo (2014 et 2015, Science Nord), L’insomnie (2015, UL), Les aveugles (2016, UL),  et Mambo Italiano (2018, TNO). Il a également été régisseur pour les spectacles Zipi et Savon dans Mort vivant (2018) et Le petit chaperon rouge (2019, UL).

À l’automne dernier, il a été de la distribution de Plein la gueule! (2019, TNO), projet spécial durant lequel il a également fait de la mise en scène, et son court texte Sursis a été mis en lecture dans le cadre du projet En grève autour de théières fumantes (2019, Feuilles vives/Théâtre Action) à Sudbury, Toronto et Ottawa.

Branché dans sa communauté, Alex est président de Fierté Sudbury Pride et siège à plusieurs conseils d’administration. Il est également un des parrains de la Campagne communautaire de la Place des Arts du Grand Sudbury. En juin 2019, il fût nommé le lauréat de la première Bourse de création TNO – Geneviève Pineault, chose qui lui a permis d’entreprendre l’écriture de ce texte.

 

Photo : Sophia Bagaoui-Fradette

« Une anguille dans mon café » d'Isaac Robitaille

Jeudi 5 novembre 2020 à 19 h

Mise en scène : Gabrielle Noël de Tilly
Distribution : Maël Bisson, Mauricio Campbell-Martinez, Maxime Cayouette et Micheal Lemire

Synopsis

Une horloge avec pendule, un téléphone, un miroir. Deux personnages. Qui sont-ils? Je ne sais pas. Que font-ils là? Je l’ignore. Peut-être que ce sont des anguilles? À vrai dire, j’en doute fort. Alors pourquoi ce titre? J’imagine que vous trouverez une explication. Moi, ça m’échappe complètement depuis 2018. J’ai écrit le texte onze fois, et je ne le comprends toujours pas. Je ne sais même pas comment le synopsisiser. Je sais que ce n’est pas un mot, mais c’est à peu près tout. Bonne chance!

Au sujet de l’auteur

Isaac Robitaille vient de terminer un baccalauréat en théâtre et en italien à l’Université Laurentienne. Il a joué dans plusieurs productions dont Quand on sème le vent (2017), Martyr (2017), Hamlet ou presque (2019) et Le petit chaperon rouge (2019). Durant son temps libre, il étudie les langues, le piano et la savate. Une anguille dans mon café est son premier texte.

 

Photo : Alanis Rodriguez-Beaudoin

« Aéroportée » de Matthew Heiti

Le vendredi 20 novembre 2020 à 19 h

En partenariat avec Play Smelter.

Mise en scène : Manon St-Jules
Distribution : Miriam Cusson et Roch Castonguay

Synopsis

Une mystérieuse aviatrice entreprend une course trépidante contre le temps et le péril. Son envolée fascinante nous rappelle étrangement une célèbre aviatrice disparue en plein vol sans laisser de trace. Qui donc est cette Amelia qui retrace sa route et réinvente son destin? Le réel et la fiction s’emmêlent. Le mythe et la vérité s’en mêlent.

Le fantastique, le comique et la fable philosophique se côtoient dans ce périple imaginaire qui sonde le souvenir que laisse une vie après la mort. Les visions de deux dramaturges sudburois s’y entrecroisent, alors que Miriam Cusson traduit et transpose l’œuvre originale anglaise de Matthew Heiti.

 

Note : Cette lecture sera présentée uniquement virtuellement. Les spectateurs.trices recevront un lien le jour même pour y accéder.

Au sujet de l’auteur

Matthew Heiti est un écrivain, acteur, réalisateur et professeur né sur Wembley Drive et vivant maintenant à une rue de là. Il détient un baccalauréat des beaux-arts en jeu de l’Université Ryerson et une maîtrise en écriture créative de l’Université du Nouveau-Brunswick. Son premier roman The City Still Breathing (Coach House Books) a également été publié en français sous le titre Agonie City (Prise de parole, traduction d’Eva Lavergne) et ses pièces produites incluent Receiver of Wreck (PlaySmelter), Plague: a love [sic] story (Crestfallen), Black Dog: 4 vs the wrld et Mucking in the Drift (Sudbury Theatre Centre). Il enseigne l’écriture créative à l’Université Laurentienne et a été dramaturge en résidence avec le STC et Pat the Dog Theatre Creation, travaillant avec des écrivains émergents partout en Ontario. Pendant son temps libre, habituellement, il travaille.

 

Photo : Gerry Kingsley

Au sujet de la traductrice

Miriam Cusson est metteure en scène, comédienne, autrice, conseillère artistique et conceptrice. Elle vit dans l’épicentre d’un grand trou noir dans l’espace du Nord, aussi connu sous le nom de Sudbury. Son parcours artistique est fortement inspiré par la juxtaposition du paysage industriel et naturel de cette région.

Le travail multidisciplinaire de Miriam explore la poésie dans la violence et la cruauté de la société contemporaine tout en questionnant les fondements de notre collectivité. Son approche embrasse les collisions entre la vulnérabilité et la force, entre la création et la destruction, et cherche à provoquer une réflexion quant aux attentes, conventions et notions préconçues. On l’a souvent traité de rebelle. Ça lui convient parfaitement.

Miriam a créé ou co-créé plusieurs oeuvres originales, telles que Tranquillité (2005), Le parcours littéraire (2006-2007), Stuff ou les aventures en catalogue (2007), Fara Lifa : Fred et Crudo do Iceland (2010), Nowhere du Nord (2013) and Parmi les éclats- Shattered (2018).

En tant qu’interprète, on a pu la voir sur scène dans Blind Nickel Pig de Lara Bradley (2017), À tu et à moi de Sarah Migneron (2014), À la gauche de Dieu de Robert Marinier (2010),  Autour d’un foyer: Crise 2 (2004), Violette sur la terre de Carole Fréchette (2001-2002). De 2010 à 2012, Miriam a joué le rôle de Nadine dans la télésérie Les Bleus de Ramville.

En 2017, Miriam a reçu le prix JOHN-HIRSCH en mise en scène. Elle a également reçu le Prix Célébration du maire pour les arts du Grand Sudbury en 2018.

En 2019, Miriam a reçu le Prix d’excellence en enseignement à l’Université Laurentienne où elle enseigne au Programme de théâtre depuis 2004. Elle donne également cours à The Clown Farm sur l’île Manitoulin depuis 2011 et au Département de Théâtre de l’Université d’Ottawa depuis 2019.

« Solo Cup » de Chloé Thériault

Jeudi 3 décembre 2020 à 19 h

Mise en scène : Chloé Thériault
Distribution : France Huot, Michael Lemire, Elsa Simbagoye et Darquise Lauzon.

Synopsis

Having the talk can be awkward eh? Worry pas ta brain, Bianca, Nina et Freddie sont là. Trois jeunes femmes joignent leurs forces pour lutter contre leur pire cauchemar: le mauvais sexe. Ensemble, elles créent Solo Cup Bitches où elles produisent des guides et des TEDTalks de toutes sortes : des « do’s and don‘t’s », des life hacks, des échanges personnels et même des appels téléphoniques avec des gens anonymes qui ont des questions intimes. On découvre leurs vies, leurs préférences et leurs désirs, en plus des drames qui viennent avec.

Langage corsé: Le langage utilisé dans ce texte pourrait ne pas convenir à certains spectateurs.

Au sujet de l’autrice

Chloé Thériault vient de finir sa Spécialisation en Théâtre (Magna Cum Laude) à l’Université Laurentienne en juin 2019. Elle a écrit deux spectacles solos, qu’elle a pu présenter partout en Ontario ainsi qu’à Vancouver. En humour, elle a eu la chance de faire une des premières parties de Katherine Levac à Sudbury (2018) et à l’écran elle joue un second rôle sur Letterkenny (S6, E1). En anglais, elle a joué dans Mamma Mia et Mary Poppins via YES Theatre et dans un laboratoire de Colleen Murphy intitulé Geography of Fire ici à Sudbury.

Depuis la chère pandémie, Chloé travaille l’écriture d’un troisième texte intitulé Solo Cup dont la première version publique se fait via Les Feuilles Vives de Théâtre Action (septembre 2020). Elle travaille également en tant qu’éditorialiste poétique à Radio-Canada (Jonction 11-17) et elle vient de terminer une tournée du spectacle ambulant du TNO, Shack à patates (septembre 2020.)

Photo : Stacey Lalande

Laissez votre témoignage

Partagez vos impressions du spectacle en nous disant ce que vous en avez pensé.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.