25 septembre – 4 décembre

TNO : « Unplugged »


Production maison

Description

Les amateurs.trices de musique des années 90s se souviendront bien des mythiques concerts acoustiques de MTV qui ont fait fi de l’électronique et du synthétique. Ces prestations ont su metre en vedette la voix des interprètes et le talent des musiciens.

Dans cette série de lectures décontractées, décomplexées et sans fla fla, vous serez confrontés à la parole inédite d’un groupe d’autrices et d’auteurs. Ces nouveaux textes, certains les premiers projets d’artistes émergents de la région, seront lu devant public, pour vous, pour la toute première fois en toute intimité.

Ce contact privilégié avec des oeuvres en développement aura des places très, très limitées, donc réservez la vôtre aussitôt que possible! Chaque lecture sera également suivie d’une causerie.

Vous n’avez pas réussi à vous procurer un billet pour une des lectures? Ajoutez votre nom à notre liste d’attente :

Nous communiquerons avec vous si une place se libère.

« Mylène parle » de Michel Ouellette

Vendredi 25 septembre 2020 à 19 h

Présenté dans le cadre des Feuilles vives de Théâtre Action

Mise en scène : Dillon Orr
Distribution : Maude Bourassa Francoeur, Éric Lapalme et Caroline Raynaud

Synopsis

Mylène vit avec sa mère. Des voisins, Derek et Suzanne, des enseignants à la retraite, lui ont demandé de veiller sur leur maison pendant qu’ils passent l’hiver au Texas. Un jour, Mylène découvre une femme dans la maison. Suzanne est de retour, seule, différente. Mylène est contente de retrouver sa voisine, qui semble ne pas se reconnaître elle-même. Une fiction s’installe, à laquelle participent les deux femmes. Mylène continue de s’occuper de la maison et de visiter Suzanne. Un jour, Derek revient à son tour. Rapidement, la toile de mensonges commence à s’effilocher. La vérité émerge.

Au sujet de l’auteur

Originaire de Smooth Rock Falls, dans le nord de l’Ontario, Michel Ouellette écrit des pièces de théâtre, des romans, de la poésie et des livres pour enfants. Il a obtenu plusieurs prix littéraires pour ses oeuvres théâtrales, dont le prix du Gouverneur général pour French Townen 1994, le prix Trillium pour le Testament du couturieren 2003, le prix Michel-Tremblay 2011 pour La guerre au ventre et, en 2019, un prix Rideau pour Le dire de Di.

 

Photo : Sylvain Sabatié

« Nickel City Fifs » d'Alex Tétreault

Jeudi 22 octobre 2020 à 19 h

Mise en lecture : Dillon Orr et Alex Tétreault
Distribution : Hélène Dallaire, Ryan Demers-Lafrenière, Natalie Lalonde, Simon Landry et Janie Pinard

Synopsis

Un mardi soir, une stretch de trottoir, une rencontre fortuite. Un trio de queers se polluent les poumons à l’extérieur du Zig’s, le seul bar gai du coin. Arrive Dan, un jeune orphelin queer élevé dans un pot de fleurs. Lee, Karen et Aiden, avec l’appui du spectre de Ziggy Stardust, le prennent en charge. Par le biais de bizarres voyages imaginaires allant du ridicule et du flyé au touchant et au dérangeant, le groupe cherche à faire valoir ses racines communes à un des leurs.

Langage corsé: Le langage utilisé dans ce texte pourrait ne pas convenir à certains spectateurs.

Au sujet de l’auteur

Diplômé de l’Université Laurentienne en Théâtre et Science politique, Alex est auteur, clown et travailleur culturel. On a pu le voir sur les planches dans The Adventures of Doctor & Beedo (2014 et 2015, Science Nord), L’insomnie (2015, UL), Les aveugles (2016, UL),  et Mambo Italiano (2018, TNO). Il a également été régisseur pour les spectacles Zipi et Savon dans Mort vivant (2018) et Le petit chaperon rouge (2019, UL).

À l’automne dernier, il a été de la distribution de Plein la gueule! (2019, TNO), projet spécial durant lequel il a également fait de la mise en scène, et son court texte Sursis a été mis en lecture dans le cadre du projet En grève autour de théières fumantes (2019, Feuilles vives/Théâtre Action) à Sudbury, Toronto et Ottawa.

Branché dans sa communauté, Alex est président de Fierté Sudbury Pride et siège à plusieurs conseils d’administration. Il est également un des parrains de la Campagne communautaire de la Place des Arts du Grand Sudbury. En juin 2019, il fût nommé le lauréat de la première Bourse de création TNO – Geneviève Pineault, chose qui lui a permis d’entreprendre l’écriture de ce texte.

 

Photo : Sophia Bagaoui-Fradette

« Une anguille dans mon café » d'Isaac Robitaille

Jeudi 5 novembre 2020 à 19 h

Mise en scène : Gabrielle Noël de Tilly
Distribution : Maël Bisson, Mauricio Campbell-Martinez, Maxime Cayouette et Micheal Lemire

Synopsis

Une horloge avec pendule, un téléphone, un miroir. Deux personnages. Qui sont-ils? Je ne sais pas. Que font-ils là? Je l’ignore. Peut-être que ce sont des anguilles? À vrai dire, j’en doute fort. Alors pourquoi ce titre? J’imagine que vous trouverez une explication. Moi, ça m’échappe complètement depuis 2018. J’ai écrit le texte onze fois, et je ne le comprends toujours pas. Je ne sais même pas comment le synopsisiser. Je sais que ce n’est pas un mot, mais c’est à peu près tout. Bonne chance!

Au sujet de l’auteur

Isaac Robitaille vient de terminer un baccalauréat en théâtre et en italien à l’Université Laurentienne. Il a joué dans plusieurs productions dont Quand on sème le vent (2017), Martyr (2017), Hamlet ou presque (2019) et Le petit chaperon rouge (2019). Durant son temps libre, il étudie les langues, le piano et la savate. Une anguille dans mon café est son premier texte.

 

Photo : Alanis Rodriguez-Beaudoin

Les autres lectures seront dévoilées au cours de l’automne 2020.

Restez à l’affût!

Laissez votre témoignage

Partagez vos impressions du spectacle en nous disant ce que vous en avez pensé.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.