10 mai, 2021 • Posté par Alex Tétreault

La NF Company est insolvable

Nous avons appris récemment que la NF Company, la grande multinationale qui a appuyé la production de Quoi si, moé ‘ssi j’vien du Nord ‘stie, fait face à des défis financiers presque sans pareil, l’obligeant à mettre a pied la majorité de son équipe et de cesser ses opérations dans la région du Grand Sudbury. Cette décision subite a pu être prise par la compagnie grâce à la protection judiciaire en vertu de la Loi sur les affaires clownesques en comptabilité (LACC), protection que la direction de la compagnie a reçu cet hiver.

Reginald Axworthy, directeur national des communications, des relations publiques et de la propagande pour NF, a expliqué qu’il est « attristé » et « aussi surpris » que nous par rapport à la situation. Il précise également que la compagnie a eu l’idée de chercher la protection de la LACC « après avoir vu une autre compagnie faire ça. »

Quant aux raisons pour la situation financière périlleuse, M. Axworthy était confus. « Malgré nos excellents produits de qualité, nous n’arrivons pas à les vendre dans la région! » a-t-il déclaré à partir de son terrain de golf privé. « Bien sûr, on avait entendu que les nord-ontariens se contenteraient d’à peu près n’importe quoi, mais après quelques incidents avec des bouteilles d’eau de javel teintées, on dirait qu’ils ne veulent même plus de nous! »

Une firme externe, nommée par une force supérieure encore inconnue, nous a peint un différent portrait. « Effectivement, une récente campagne inexplicable d’expansion immobilière a vidé les coffres de la compagnie, nous a confié un auditeur sous condition d’anonymat. Ce n’est pas clair ce que cette compagnie fait. D’ailleurs, on dirait qu’elle ne le sait pas elle non plus! »

Bon nombre d’organismes et d’oeuvres de charité qui dépendaient des partenariats et des collaborations avec la compagnie se retrouvent maintenant sans financement. Pour leur part, les anciens employés de NF à Sturgeon Falls tentent de se scinder du siège social d’ici la fin du processus de restructuration, baptisé « NF #2 » par la direction. Ils espèrent établir une coopérative indépendante dans la région gérée par, pour et avec les employés.